Fabrice Fassio: La théorie zinovienne de l’idéologie: un bref aperçu

07.11.2015, Le Grand Soir

Dans le cadre de la  VIème Conférence Internationale « Lire Alexandre Zinoviev », qui se tiendra à Moscou fin octobre 2015, plusieurs  articles, dont celui-ci,  seront publiés et de nombreux chercheurs interviendront. Faire connaître les thèses du sociologue russe : tel est  l’objectif que se sont fixé tous les participants à cette conférence.

A ma connaissance, Alexandre Alexandrovitch Zinoviev est le seul philosophe au monde qui ait créé une théorie englobant tous les aspects du phénomène idéologique. Il est regrettable  que  peu de gens aient prêté attention aux idées radicalement nouvelles que le logicien russe a développées  dans ses ouvrages, qu’ils soient littéraires ou sociologiques. Dans le cadre de cet article, je vous propose un très bref aperçu de cette théorie.

Passion de jeunesse

Passionné dès son adolescence par les problèmes politiques et sociaux, Alexandre Zinoviev raconte dans ses mémoires, Les Confessions d’un Homme en Trop,  qu’il  a commencé très jeune à se familiariser avec l’idéologie marxiste,  lisant entre autres des ouvrages de Marx, d’Engels ou de Staline. Devenu bien plus tard un logicien de renommée mondiale, le philosophe affirmera que le marxisme, idéologie d’Etat de l’ancienne Union soviétique, est le phénomène idéologique le plus important du vingtième siècle. Il affirmera aussi que le marxisme n’est pas une science, bien qu’il contienne des éléments scientifiques en son sein. Quelle est donc la frontière entre science et idéologie selon le philosophe?

Cerner le phénomène  idéologique

Selon le logicien russe, les propositions scientifiques sont vérifiables ou réfutables, à moins que l’on ne puisse prouver leur caractère insoluble. Quant aux  affirmations idéologiques, elles sont impossibles à prouver ou à réfuter; en outre,  elles peuvent être interprétées de différentes façons, alors que  les termes utilisés par la science ont un sens précis. Enfin, et ce point me paraît essentiel, les résultats  d’une idéologie (qu’elle soit laïque ou religieuse) se mesurent par l’efficacité de son action sur la conscience des gens.  Dans ses ouvrages sociologiques, le philosophe explique que, dans l’Union soviétique des années 1980-1990,  l’influence du marxisme sur la conscience des Soviétiques  s’est révélée trop faible pour arrêter l’action de l’idéologie occidentale.  Ce fut l’un des facteurs qui contribuèrent à l’effondrement de l’Union soviétique.

LA SPHERE  IDEOLOGIQUE

Dans ses oeuvres, Le Facteur de la Compréhension en particulier, Alexandre Zinoviev note que la sphère idéologique  comprend un grand nombre d’hommes et d’organismes dont la tâche consiste à conditionner l’esprit des citoyens  dans un sens favorable à  la survie de la société tout entière.  Journalistes, politiciens, sociologues, professeurs,  membres du clergé, effectuent au quotidien  cette tâche indispensable à la préservation de l’organisme social. Les  modes d’organisation de cette sphère sont  très divers et forment  un large éventail allant de l’organisation unique et toute-puissante (une « Eglise ») jusqu’à un grand nombre d’institutions plus ou moins  autonomes. L’ancienne Union soviétique ou certains pays musulmans contemporains  sont des exemples de sociétés dans lesquelles existait ou existe encore une organisation unique chargée de diffuser une idéologie d’Etat  laïque ou religieuse. A  l’inverse, les nations occidentales contemporaines  comptent de nombreuses institutions plus ou  moins autonomes   (maisons d’édition, médias, cercles de réflexion, etc.) qui exercent  une action idéologique sur les populations. Dans ses mémoires, Alexandre Zinoviev note qu’il existe un mode de pensée commun à tous les Occidentaux. Bien qu’elle se compose de nombreuses institutions, la sphère idéologique occidentale joue donc son rôle.

Le CHAMP IDEOLOGIQUE

L’action de la sphère idéologique a comme résultat la création  d’un champ de forces dans lequel « baignent » en permanence tous les membres de la société. Mots, slogans, images, constituent  la  « nourriture mentale » quotidienne des citoyens d’un pays. De nos jours, des institutions telles que  les médias jouent un  rôle énorme  en matière d’éducation idéologique de la population. Les individus sociaux sont informés dans l’esprit de l’idéologie de l’actualité politique nationale et internationale,  des nouveautés en matière de science et de  technique, etc.  Cette éducation a pour objectif  non seulement d’imprégner les esprits d’une certaine vision de l’être humain, de la  société et du monde, mais aussi d’entraîner les cerveaux de telle sorte qu’ils ne soient pas capables d’élaborer une autre vision des choses. C’est la raison pour laquelle, au sein d’un même groupe humain, beaucoup de personnes adoptent une attitude identique face à des événements sociaux, politiques ou culturels nouveaux.

Si les gens perdent l’idéologie à laquelle ils sont  habitués, ils sombrent dans un état de chaos et de confusion idéologique,  note Alexandre Zinoviev dans le Facteur de la Compréhension. C’est ce qui s’est produit, ajoute le philosophe,  en Union soviétique après le rejet du marxisme-léninisme comme idéologie d’Etat.

UN ENSEMBLE MOUVANT

En tant que doctrine (ensemble d’idées), l’idéologie n’est pas un ensemble figé, constitué une  fois pour toutes. Certaines idées apparaissent alors que d’autres se modifient ou disparaissent  tout simplement.  Après l’effondrement de l’Union soviétique par exemple, l’idéologie occidentale a intégré de nouveaux concepts :  révolution globale, gouvernance mondiale, village planétaire, culture globale, etc. Ces concepts se sont agrégés à des idées plus anciennes (éloges de l’économie de marché ou de la démocratie parlementaire, par exemple). Née aux Etats-Unis,  l’idéologie contemporaine de la globalisation est destinée à servir les intérêts des Occidentaux en général et  des Américains en premier lieu. Cependant, les idées occidentales ne sont pas  les seules à exister sur cette terre. Idéologie religieuse, l’islam exerce aujourd’hui une action puissante sur l’esprit de millions d’hommes. En plein essor, il s’affirme comme un redoutable concurrent des autres idéologies qui fleurissent  de nos jours sur notre planète.